« Je hais le développement personnel! » est un cri du coeur pour rejeter, une bonne fois pour toutes, une mutation  hyper-normative à l’américaine comme solution aux problèmes des individus. Le coaching fait son beurre sur la misère existentielle, en laissant croire que la vie est une course contre tous les autres et qu’il faut « gagner » – un gain sans réel contenu autre que matériel. Le développement personnel et ses techniques de conditionnement, sous des dehors humanistes, ne sont qu’une tentative de contrôle et de synchronisation des consciences qui font office d’adaptation conformiste.

« Tant que le coaching et ses méthodes comportementalistes ne seront pas réellement au service des individus et de leur épanouissement, mais à celui des entreprises et de la synhronisation des consciences, ils favoriseront une culture de la compétition sans pitié et des techniques de « management » aussi politiquement correctes que déshumanisantes…. »

 

Extrait d’un ouvrage écrit par Robert Ebguy. Pour un management intelligent qui ne sépare pas tête et coeur dans les actes quotidiens de toute vie professionnelle. La performance qui oublie l’humain ne pourra jamais être qu’une illusion de réussite. Il préconise un coaching qui prend en compte l’individu pour une entreprise performante et non pas l’inverse.

4 commentaires

    Mik_wikoach, le 28 avril 2012 à 21h51

    heureusement tout les coachs ne sont pas comme cela. Je suis pour aider les gens à obtenir des objectifs pour leur bien-être et pas pour réussir une compétition.
    On parle plus ici, je pense, de coach pro d’entreprise (qui vise des objectifs chiffrés) que de coach personnel (qui vise des objectifs qualitatifs )

      Ghislaine PIERQUET, le 29 avril 2012 à 0h07

      Effectivement, l’auteur préconise le coaching de l’individu, le coaching d’entreprise prônant la performance au détriment du bien-être individuel. Il est plus question ici, de Coaching, que des coachs et de mentalités à faire évoluer. Merci pour votre commentaire. 🙂

    Diane Dechièvre, le 30 avril 2012 à 21h04

    Certes, il y a pléthore de dérives en développement personnel et je le déplore aussi, car cela porte le discrédit sur le travail offert par des professionnels prônant une éthique irréprochable. Le coaching de vie comme le coaching en entreprise sont fondés sur des bases communes: atteindre des objectifs personnels ou professionnels tout en respectant ses besoins et ses valeurs. En entreprise, la performance n’est possible que si le personnel est valorisé, respecté et que les dirigeants en ont conscience. Toutes les approches qui visent à prendre parti pour la course au profit au détriment du bien-être des travailleurs ne sont pas des approches professionnelles (en tout cas elles sont malsaines) et ne mènent certainement pas à la performance. Tout au plus à de l’efficacité ponctuelle ou éphémère, qui retombe comme un soufflet, avec les dégâts humains qui s’en suivent (dépressions, suicides,etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.